Tout est soi-même, tout est un       
(Spiritualité, ésotérisme, alchimie, conscience, éveil, non-dualité, unité)       

Bonjour et bienvenue. Je propose des soins énergétiques avec compte-rendu, des accompagnements/aides spirituels, ainsi que des cours de méditation. Également auteur de livres spirituels/ésotériques et de livres d'éveil pour enfants, merci de consulter les pages correspondantes dans le menu.
Joignez-moi en priorité par email : eipho@live.fr ou au 0666042822 (laisser un message).

lundi 14 mai 2018

Qu'est-ce qu'il se passe quand on a des pensées négatives, voire sur quelqu'un ?
On se fait perdre ses énergies, on fait mourir son corps. Comme la mort n'existe pas, les pensées qui y entraînent non plus, elles ne sont pas réelles. Donc, les pensées négatives sont toujours fausses, ce n'est pas la réalité, car la réalité est la Vie, et la réalité de la Vie est pure énergie. Quand on n'y est pas dedans, c'est qu'on pense mal, qu'on mange mal et/ou que l'on a une fuite énergétique dans son corps (liée à une souffrance intérieure d'ordre psychologique).
Si l'on perd ses énergies quand on pense du mal de quelqu'un, c'est parce que ce quelqu'un c'est aussi soi-même. Ça agit à égalité sur soi, c'est donc penser du mal de soi.
Les pensées négatives nous font toujours perdre nos énergies. Il suffit de faire un test kinésiologique pour le démontrer. C'est su également dans les milieux scientifiques quantique.

Extraits de Adattreya :
"Tout est lumière Jardinial, mais pour explorer cette lumière, il faut bien y voir quelque chose. Considère que pour éclairer dans la Lumière, tu dois faire le noir, non pas te perdre dedans."
"Je te l’ai dit, tout est Lumière, mais si tu expérimentes le noir en devenant ce noir, tu t’éteins."
"Si tu veux y voir l’ombre, tu y vois l’ombre. Si tu veux y voir la lumière, tu y vois la lumière. Si tu veux y voir son aspect éternel, ou transitoire, c’est pareil. Tu le transformes quand tu veux, en fonction de tes capacités intérieures. De par ta transformation intérieure, tu changes la matière extérieure."
https://www.amazon.fr/dp/1983455768

dimanche 13 mai 2018

"On ne peut voir que l’âme, la beauté, ce qu’il y a à partager, que lorsque l’on est soi-même dans le cœur, l’unité et l’amour. Alors quand on regarde avec son âme/cœur et non plus avec l’ego, on ne peut qu’élever et non plus rabaisser."
(D'autres citations du livre "Choisir d'être Vie")

vendredi 11 mai 2018

On ne choisit pas ce que l'on doit aimer ou la personne que l'on doit aimer. Ce n'est jamais comme cela que ça se passe. C'est l'amour qui nous choisit. C'est la vie qui décide, pour que l'on soit en amour avec ce qui se présente avec force. Alors le véritable amour vient quand on finit par y voir le divin. Quand la lumière se fait. Mais ce point de vue n'est valable que si l'on se croit l'ego, alors que l'on est l'amour. Il faut inverser la perception. Quand il n'y a pas l'amour c'est que quelque chose ne va pas, puisque c'est notre vraie nature. Et l'amour dissout l'ego, ce qui ne voit pas la lumière. Si l'amour n'est pas choisi, la souffrance l'est, jusqu'à que l'on soit dans sa vraie nature.

dimanche 29 avril 2018

Par rapport à l'être humain, le grain de sable est un microcosme. Si l'on se place au niveau du grain de sable, l'humain est un macrocosme, mais dans ce cas le grain de sable est au milieu. Ce qui veut dire, que le grain de sable est aussi un macrocosme pour des créatures cent fois, mille fois ou cent mille fois plus petites. Le grain de sable est alors comme un univers à lui tout seul. Par conséquent, s'il y a des créatures mille fois plus petites, elles sont aussi microcosme et macrocosme pour les autres sources de vie en dessous ou en dessus.
Où s'arrêtent le microcosme et le macrocosme ? Nulle-part, c'est infini. Toute vie est toujours au centre de tout, le centre de tout. Parce qu'il n'y a qu'un seul centre. Temps et espace sont une illusion. Et tout est soi-même. Donc, pour l'humain, il n'y a pas à atteindre la totalité, on l'est déjà. Mais en vérité cette totalité est aussi représentée dans le grain de sable ou dans la créature un million de fois plus petite. Ce n'est pas une question de taille, parce que ce centre, c'est la Source. En définitive, le macrocosme conduit au microcosme et le microcosme au macrocosme parce qu'ils sont un. C'est la perception dimensionnelle du sujet (la conscience observant) qui fait tout. Quand on comprend que toute chose est le centre de tout, parce qu'il n'y a que l'ici et maintenant, alors microcosme et macrocosme s'annulent.

mardi 17 avril 2018

La force d'un démon, c'est la force d'un microbe.
La force d'un ange, c'est la force d'une galaxie.
Bien sûr, on peut être très affecté par un microbe, si le point faible en soi auquel il correspond est vécu dans l'ombre/la dualité. Mais si c'est mis en lumière/en unité, alors cela devient une force au service de la vie.
C'est ce que l'ange a accompli. Il a transformé toute ombre en lumière.
En amour avec tout, il est donc bien plus fort, son travail a été grand. Il ne détruit pas, contrairement au démon démontrant sa faiblesse et ne faisant que s'auto-détruire. Il puise dans son énergie qu'il dilapide sans cesse, et qu'il doit constamment renouveler. Alors que celle de l'ange est illimitée.
L'ange est éternel, le démon renaît sans cesse. Mais pour l'ange, les démons n'existent plus, car d'une part sa force ne lui permet plus d'être attaqué par des microbes, et d'autre part il n'a plus de zones d'ombre dans son corps. Ce qu'il était avant ne l'atteint plus, car bien sûr on parle du même être. Tout est un, tout est en soi.
(Voir Choisir d'être Vie et Adattreya)

lundi 16 avril 2018

A force de répéter que la matière est une illusion, Ramana Maharshi et Nisargadatta maharaj ont chopé un cancer de la gorge. La Matière et l'Esprit sont une seule et même chose. Reflet l'un de l'autre sans qu'aucun ne soit là en premier, et une même chose sous une forme différente.
On expérimente les opposés dans la dimension de la dualité uniquement. Ces énergies correspondent à notre propre masculin et féminin dans notre propre corps. Tant qu'elles ne sont pas à égalité, unies, on souffre, car dans la dualité (en ne choisissant que le masculin par ex : l'Esprit, en faisant un favoritisme), on est duel qu'avec soi-même. Tout cela est un. On est tout cela. Ce plan terrestre est là pour se réajuster.
(Voir Choisir d'être Vie et Eipho-Guidance)
Voir également article du 17 dec 2017

dimanche 15 avril 2018

La dimension supérieure n'est pas en haut ou au-dessus, mais dans l'ici et maintenant transcendé (voir l'atelier). Et on n'atteint pas de dimension supérieure si l'on n'a pas acquis toute la force divine de cette matière 3D dans son propre corps.

mercredi 11 avril 2018

Lorsqu'on regarde quelque chose ou quelqu'un, regarde t-on réellement ce qui est, ou regarde-t-on ses pensées ?
Si l'on regarde vraiment, on vibre, car on voit la pure matière. On est dans la présence et on la sent. La présence est pure vie.
Dans la majorité des cas, ce que l'on voit ce sont nos pensées (nos projections plus inconscientes que conscientes), on n'est pas dans la réalité. Ça ne vibre pas, on se sent séparé. Alors que regarder réellement ce qui est, être dans la conscience, c'est être et rester dans la Vie. Penser à fait place à sentir (sentir l'énergie). Sentir c'est être dans la Présence, et c'est percevoir ce qui est là réellement (de la pure vie derrière des pensées qui déconnectent et séparent). C'est être en unité.

lundi 2 avril 2018

Je ne marcherai pas sur une fleur, je n'écraserai pas d'insecte, je ne taperai pas de chien etc., sinon je fais du mal à moi-même. Tout ceci est la vie, je suis la Vie.

Concernant une question posée hier soir en tchat lors de la conférence : "Si tout est amour inconditionnel, pourquoi pas le suicide ?" Je rajouterai :
L'amour inconditionnel c'est que, vous pouvez recommencer autant de fois que vous le voulez. Que vous soyez une sainte ou une barbare l'univers vous aimera de la même façon. Par contre, l'expérience sera différente pour vous si les pensées sont mauvaises, ce qui fera perdre les énergies au corps, le fera baisser en vibration et en conscience et attirera des choses négatives supplémentaires dans votre vie.

Et pour le bonsaï, vous pouvez lui dire : "Je vais bien m'occuper de toi maintenant, tu peux grandir autant que tu veux".

vendredi 23 mars 2018

Toute sexualité pratiquée avec amour dans un couple s'aimant est divine et sacrée, qu'importe le niveau. On n'a pas à juger. On n'a pas à dire ça c'est normal et ça ce n'est pas normal. Car alors c'est le mental qui parle et non le coeur. Quand on juge, quand on pense mal, on n'est pas dans la réalité, on se fait prendre les énergies. La réalité est amour. À l'image de son âme et de l'union de ses énergies masculines et féminines, le futur pur de l'humain est l'androgynie, les voies pour y arriver sont multiples et elles sont toutes divines.

jeudi 8 mars 2018

Quand on vit dans l'instant-présent, la routine ne peut survenir.
La routine ne s'installe que lorsque l'on vit dans ses pensées. Elle montre alors que l'on n'est pas dans la réalité. Car dans la réalité, tout est toujours nouveau.

samedi 20 janvier 2018

Déconnexion = reconnexion

Tout comme il a été dit sur ce blog le 28 mai 2015 : "Le meilleur objet pour représenter le mental est la télévision", Internet est la meilleure chose qui puisse être pour contempler le reflet de son vide intérieur, échanger avec la mort et finir par vibrer avec elle.
Parce que plus on met de son temps dans une relation avec quelque chose qui n'est pas vivant (écran), plus on se fait perdre de la vie (on baisse en fréquence et en conscience).
Il n'y a personne, aucune vie ni aucune vibration/énergie dans un écran, on est seul dans le rien où le mental y trouve son tout. Par contre, on retrouve la vie en se connectant à l'extérieur, en tournant le dos aux écrans. Donc, le terme "être connecté" quand on est sur internet n'est pas bon, c'est l'inverse. On se déconnecte de la réalité, de la vie.
Internet, c'est comme l'encens. L'encens, c'est pas fait pour parfumer (on n'y reste pas dessus à le respirer) mais à purifier un endroit en aérant bien (on fait ce qu'on a à faire et on déconnecte). Et au bout d'un moment, on n'a plus besoin d'encens.

Voilà un passage du livre Choisir d'être Vie :
« La technologie est bonne lorsqu’elle sert l’expérience physique/matérielle pour le bien-être, le développement et l’émancipation de tout être. Elle devient nuisible lorsqu’elle dessert ces mêmes buts. Par conséquent, il est bon de savoir individuellement s’en défaire au bon moment, de ne pas en être asservi, car alors un processus inverse se produit, celui de l’involution. La technologie doit servir à ramener l’être vers sa véritable nature et non pas à l’en écarter. Elle doit servir à le reconnecter à lui-même, l’inciter à devenir autonome, résistant, et à développer sa conscience. Si tel n’est pas le cas, cette technologie est nuisible. La technologie doit fournir à l’être les méthodes pour le propulser vers son indépendance totale à l’égard de la technologie et de ses besoins matériels, en le conduisant vers les pouvoirs intrinsèques qui sont en lui. Et lui montrer que son immense potentiel réapparaît lorsqu’il retrouve sa place harmonieuse, responsable et aimante dans la nature, où il pourra s’accomplir. »

vendredi 5 janvier 2018

Beaucoup de choses à faire ?
Quand on met le pied dans la spiritualité, et plus particulièrement les soins énergétiques, la guérison, on a vite l'impression qu'il y a beaucoup de choses à faire : s'ancrer, sortir du mental, diminuer ses pensées, être dans le présent/la conscience, travailler sur ça et ça et encore un autre point, plus sur cette relation etc etc...
Mais en vérité si l'on regarde bien, tout ça c'est dans le mental. Car qu'est-ce qu'il y a là dans le présent, ici et maintenant ? Et le mental dit : "Tout". Mais dans l'instant-présent là, il y a quoi ?
Il est bon d'accueillir les choses à leur rythme, donc avec douceur pour soi-même et ne prendre que ce qui vient dans l'instant-présent en fonction de ce que le corps amène. C'est donc le corps qui est le guide, le corps qui a l'intelligence parfaite pour savoir et montrer ce qui est bon à travailler dans l'instant-présent, car c'est ce dont lui a besoin.
Pour cela, il suffit simplement d'être à l'écoute et accepter les choses comme elles viennent, avec détachement pour le reste, donc en lâchant ses pensées. Alors on peut se détendre et faire confiance.
Ne pas oublier qu'on a tous un pouvoir de guérison et une grande force intérieure. Ce qui vient, est ce qui est parfait. Ce qui ne vient pas, c'est dans la tête.

mardi 2 janvier 2018

Merci infiniment à tous les anges qui prennent le rôle des pires démons (toutes nos parties sombres) pour mieux montrer la Lumière. Car sans connaître l'ombre, on ne peut connaître la Lumière, ni qu'elle est sa voie.

lundi 1 janvier 2018

Si l'on est trop dans l'Esprit, le ciel, la tête, pas assez ancré ni incarné, il est bon d'être en compagnie d'une personne matérielle, agitée et bruyante. Elle sera d'une aide précieuse au rééquilibrage.

mardi 26 décembre 2017

L'extérieur n'est jamais responsable de nos problèmes.
L'extérieur n'est qu'un tableau blanc où se peint indéfiniment notre propre reflet personnel.

dimanche 17 décembre 2017

Forcément, si l'expérience matérielle n'est pas bonne, c'est que les croyances ne sont pas bonnes.
Il est bon également de ne pas méditer que les yeux fermés, car à trop donner son pouvoir au vide, à l'Esprit, à l'Absolu, on le retire de la Matière, donc de son corps. Et le vide, ça n'existe pas. Tout est Matière, tout est énergie. Le vide, c'est de la matière dilatée.
Mais tout expérience est utile, car l'Esprit amène la paix. Cependant, à trop y donner son pouvoir et l'on se coupe en deux (faisant division au sein même de son corps), lequel souffrira en se désincarnant. La Matière et l'Esprit, c'est aussi notre féminin et notre masculin.
Si l'expérience matérielle n'est pas bonne, c'est que les croyances ne sont pas bonnes, mais pareillement la façon de faire. Trop vouloir partir dans l'Esprit, ou le vide, l'Absolu, est une fuite, la manifestation d'une souffrance.
La "maison" est ici et n'a jamais été nulle part ailleurs (le temps et l'espace n'existant pas). Car le corps est Esprit et Matière en un. Ces deux opposés sont une seule et même chose. Tant qu'ils ne sont pas unis, unifiés dans le corps, et vus comme un, on reste dans la dualité.
Il est bon alors, de méditer aussi les yeux ouverts par la contemplation, et de voir le divin dans la matière.
La réalité de toute chose est le Cœur. L'Esprit ou l'Absolu ne sont que la moitié des choses.
Vu que nous sommes des êtres multidimensionnels, nous devons nous sentir bien sur tous les plans : en bas, au milieu et en haut, sur ce monde comme sur un autre. Puisqu'il ne s'agit que de la totalité de soi-même, et que tout n'est qu'ici et maintenant.
Le temps et l'espace n'existent pas. Par conséquent, il ne peut y avoir l'Esprit en premier et la Matière ensuite, ou l'Esprit qui a créé la Matière. Les deux sont là en même temps, car les deux sont une seule et même chose. Il n'y a ni opposé, ni dualité. Car alors, cela serait comme de diviser le masculin et le féminin, et de dire que le masculin est là en premier, qu'il est supérieur au féminin (c'est ce que l'on expérimente sur les mondes 3D gouverné par l'ego masculin). Or, il s'agit d'une seule et même énergie. Qui divise ainsi, ne peut aller bien dans son corps. (Plus de détails dans mes deux livres principaux).

mercredi 13 décembre 2017

Tout ce avec quoi on a du mal, qui pose problème, qui affecte, est de la Lumière (pour nous aider). C'est la partie en soi qui a du mal qui est en ombre, sinon cela ne poserait pas de problème ou de désagrément. Il faut inverser sa perception, et voir que le problème est en soi. Et considérer ce que l'on prend pour l'ombre extérieure comme la Lumière. Parce qu'encore une fois, tout étant soi-même, si quelque chose affecte c'est à illuminer en soi, puisque son propre reflet/projection. (Voir Adattreya)

lundi 11 décembre 2017

Robin est à l'intérieur de mon corps, tout comme tout ce qu'il voit autour de lui. Mais tout ce qu'il voit autour de lui est aussi dans son corps. Car si Robin est dans mon corps, ce qu'il voit par contre dépend de sa conscience spécifique (je vois à travers lui - cette conscience, ce qu'il peut voir de qui je suis en fonction de lui-même). Tout comme le monde extérieur de chaque conscience spécifique qui n'est que le propre reflet de celle-ci, voit son propre univers.
Il est écrit dans "Guide terrestre pour l'Arrivant" : "La vraie vue ce n’est pas toi ce corps qui regarde vers l’extérieur, mais toi l’univers qui regarde vers l’intérieur". Tout est en soi-même, car tout est soi-même. Robin bouge en moi, mais moi je ne bouge pas. L'arbre, la fleur, le soleil etc., tout cela est dans mon corps, fait partie de mon corps. Toutes ces formes, ce sont mes cellules, mes micro-organismes, et il en est de même pour vous car nous sommes la même chose. Où que l'on pose le regard, on regarde à l'intérieur de soi en fonction de "ce qui regarde". Qu'importe qui regarde, il s'agit toujours de soi-même en micro. Et l'intérieur de soi-même est infini et illimité.

lundi 4 décembre 2017

C'est la même vie qu'il y a dans tous les êtres, mais différente dans chaque contenu, comme l'air dans un vase.